« Mon père était un fabricant de cuillères » de Guillaume Parodi

Nouvelle fantastique


Aujourd’hui, je vous parle de Mon père était un fabricant de cuillères de Guillaume Parodi.

Résumé

Neuf heures du matin. Les portes de mon palais s’ouvrent et, comme chaque jour, le flot de mes sujets s’engouffre entre les battants de bois. Tous se précipitent au pied de mon trône, s’ébaudissent devant ma beauté, la pureté de mes traits et le maintien de mon port altier. Quelques rares fois, je choisis l’un d’entre eux, un inconnu parmi tant d’autres, et je l’instruis de ma légende. Oui, quelqu’un comme toi, jeune homme. Rapproche-toi un peu plus et écoute-moi attentivement. Tu n’as jamais entendu parler de moi, affirmes-tu en un sarcasme et en ris-tu auprès de tes compagnons. Cet accès d’orgueil te coûtera cher. Je veux pourtant bien te laisser le bénéfice du doute. Tu as sans doute été élevé dans une bienheureuse ignorance et je vais y remédier. Je vais t’instruire de mon histoire. Prends ton temps, car celle-ci s’étend sur des siècles et des siècles. Nous n’en aurons pas fini avant que les muezzins ne déversent leur parole sacrée depuis les hauteurs de leur citadelle divine…

Première lecture

Lors de ma première lecture de cette nouvelle, j’ai trouvé le protagoniste étrange et peu crédible. La fin m’a laissé bouche bée et je n’avais qu’une envie relire ce texte pour mieux le comprendre !

Seconde lecture

J’ai trouvé ma deuxième lecture beaucoup plus intéressante et claire en connaissant la fin. J’ai enfin pu imaginer les aventures de notre personnage et le visualiser. Le style fluide permet une lecture aisée. Si certaines références restent obscures, j’ai beaucoup apprécié les éclaircissements dans l’annexe.

histoire vs Histoire

Oui, car à travers cette nouvelle littéraire nous découvrons un pan de l’Histoire et c’est pour moi un intérêt majeur de ce récit. Nous avons même une petite annexe pour nous en dire plus à la fin de la nouvelle, comme si l’auteur avait deviné les questions du lecteur ! J’adore ! Et c’est d’ailleurs à se demander où s’arrête la fiction dans cette histoire, peut-être est-ce un témoignage, une autobiographie, le temps de la lecture j’y ai cru !

Une réflexion sur la société

Cette nouvelle nous donne à réfléchir sur la violence de l’humanité. On lui retrouve en effet une dimension critique implicite tout au long du récit. Cela m’a donné envie de débattre sur ces questions sociétales avec le narrateur !

Conseil de lecture

Pour moi, Mon père était un fabricant de cuillères mérite une deuxième lecture pour être apprécié pleinement !

Catégories

Étiquettes

Marie Tinet Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *