« Madisonville » de Nicolas Combe & Florence Voss

Roman jeunesse fantastique


Madisonville est un roman jeunesse sur la thématique des fantômes. Je l’ai lu dans le cadre d’un service de presse via le site Simplement.

Résumé

Après des années sans laisser de nouvelles, Barbara, une mordue du monde du surnaturel, retourne dans la ville de son enfance, y retrouver son ancienne amie répondant au doux nom de Joy, et dans le même temps faire de nouvelles connaissances.
Mais des retrouvailles s’avèrent toujours compliquées, surtout quand de nouvelles têtes ne semblent pas t’apprécier et que les fantômes viennent mettre leur nez dans tout ça. Que se passe-t-il quand le paranormal s’impose dans les vies d’adolescents normaux?
Venez à Madisonville le découvrir.

Mon avis

On retrouve dans l’incipit de Madisonville plusieurs erreurs de typographie qui n’aident pas à rentrer dans l’histoire. Dommage, mauvais démarrage. Je ne m’arrête pas là et poursuis ma lecture, plutôt fluide stylistiquement. En effet, les mots sont simples et adaptés à un public jeunesse. D’ailleurs, bien que les personnages soient adolescents, je pense que ce récit peut être lu un peu avant le collège, surtout que la mise en page est aérée. J’ai tout de même noté quelques répétitions d’idées, peu agréable pour des lecteurs adultes, mais appréciable, je pense, pour des jeunes lecteurs afin de leur permettre une meilleure compréhension du texte.

Toujours au niveau du style, j’ai trouvé que les émotions étaient trop décrites et pas assez vécues par le lecteur. Pour moi, le principe du Show don’t tell qui consiste à montrer les émotions plutôt que de les dire n’est pas appliqué ici. Outre ce point négatif, j’ai apprécié certaines images bien trouvées, comme par exemple :

Barbara sentit comme un cube de glace lui tomber dans l’estomac.

Une manière efficace de faire passer un message, qui cette fois va dans le sens du Show don’t tell d’ailleurs !

Quant aux personnages, j’ai trouvé qu’ils étaient assez clichés et peu développés. Dommage là aussi. Ils ne m’ont pas transmis leurs émotions, et pourtant ils sont tout de même à un moment en danger de mort ! Peut-être ce court roman aurait mérité d’être davantage développé. C’est aussi le cas pour la thématique des fantômes, qui est ici simplement survolée à mes yeux. Et pourtant, le personnage du Baron fantôme semble assez intéressant.

Barbara indiqua l’intérieur de la pièce, Joy regarda et découvrit, dans un fauteuil, un personnage portant un haut de forme et tenant la Spirit Box d’une main crochue, il ne les avait pas entendues et semblait examiner l’objet.

J’ai aussi noté une pointe d’humour chez ce personnage, j’aurais aimé qu’elle soit développée elle aussi.

Pour conclure, Madisonville est pour moi un roman trop peu développé, que ce soit sur les émotions, les événements ou les personnages. Bien qu’il y est un tome 2, ça ne me semble pas suffisant en l’état pour me faire passer un bon moment de lecture. Pour des adolescents ou adultes voulant lire un roman sur cette thématique je recommanderais plutôt La fille des cauchemars.

Catégories

Étiquettes

Marie Tinet Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *