« Proie Dunoir » de Gaëlle K. Kempeneers

Roman fantastique


J’ai acheté Proie Dunoir lors d’une promotion sur la version numérique. Ce qui explique que pour une fois, j’ai lu du long sur ce format ! Commençons par un résumé pour savoir de quoi nous parlons !

My name is Dunoir. Proie Dunoir. Laissez tomber : private joke.

Qui je suis ? La nouvelle recrue du B.A.S., la banshee de service. On m’a engagée pour botter les culs des méchants qui hantent les rues de Rédemption. Sauf qu’entre les monstres mythiques, les divinités en goguette, les vampires crétins et les Puissances qui se bousculent au portillon, je ne sais plus où donner de la tête. Alors, quand en plus la Famille (la mienne, sinon ce ne serait pas drôle) s’en mêle, j’ai bien besoin de mes collègues Lucrèce et Leyhan pour y mettre un peu d’ordre. Sans oublier Jack, le loup. Mon âme-sœur, parait-il.

Je vous ai déjà parlé de mon âme ? Y a moyen d’écrire tout un roman sur le sujet. Ah ! Mais attendez… Bref, y a des jours comme ça où on se dit qu’on aurait mieux fait de se casser la jambe au saut du lit !

Ce résumé vous donne déjà une petite idée du caractère du personnage principal !

Un personnage qui marque

Proie est un de ces personnages qui reste gravé un bon moment dans le crane ! Elle est spontanée, elle a du caractère, de la répartie. Et puis, disons le, elle est balèze ! Son cri fait des sacrés dégâts ! Proie c’est un peu une super héroïne à la Jessica Jones (Marvel). C’est vrai qu’il y a un air de ressemblance au niveau de la personnalité entre ces deux femmes qui ne se laissent pas marcher sur les pieds.

Un style oralisé

C’est Proie qui nous raconte cette histoire. Le style est donc très oralisé, prenant. On est dans sa tête, on vit les événements avec elle. J’ai beaucoup aimé cette fluidité et le réalisme qui s’en dégage. Le ton est sans doute ce que j’ai le plus apprécié sur ce titre !

Le manque d’un fil rouge

C’est qui m’a manqué dans ce roman, c’est le manque d’un fil rouge solide. J’ai eu en effet plus l’impression de lire une série à épisodes, ou même un recueil de nouvelles sur le même personnage. Je n’ai pas trop apprécié et cela m’a quelque fois mise dans une certaine incompréhension de l’intrigue.

Des légendes au top

Ah oui, Dans Proie Dunoir on nous parle de fées, de fantômes, mais aussi de créatures méconnues, comme par exemple le wendigo. J’ai énormément aimé cette diversité dans le surnaturel que présente cette histoire. Une richesse énorme qui fait du bien au genre de l’imaginaire !

Conclusion

Si j’ai beaucoup aimé le personnage, le style et les créatures diverses, j’ai regretté la forme et la construction de cette intrigue, qui m’a semblé ne pas coller au besoin de ce récit. Ho, j’allais oublier, je trouve vraiment la couverture sublime et efficace !

Catégories

Étiquettes

Marie Tinet Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *