« le fanatique des crachats » d’Amélia Varin

Nouvelle fantastique

Une nouvelle que j’ai gagné via un concours et pour lequel j’avais candidaté sur le site Simplement ! J’avais très envie de découvrir la plume de l’auteure que je suis sur les réseaux sociaux depuis un moment ! J’aime beaucoup la couverture et le titre intriguant !

Judith vit seule avec sa mère, dans une maison éloignée de la ville, à l’orée de la forêt.
Entre les amants de sa génitrice et son amie Cléo, elle mène une vie tout ce qu’il y a de plus morne. Alors que rien ne le laissait présager, Judith est assassinée et est condamnée à hanter les lieux du meurtre, où elle a tant de souvenirs.
Ah, et en parlant de souvenirs, elle aimerait bien se rappeler qui l’a fait passer de vie à trépas.
C’est vrai quoi, c’est quand même important ce genre de choses !
Ni tout fiel, ni tout miel Le fanatique des crachats triture de ses doigts sales la conscience de braves-gens-pas-si-braves-que-ça. Sombre et cynique.

Une nouvelle particulière, que j’ai trouvé plus délurée, incroyable et expérimentale que sombre et cynique finalement.

Un style

La plume d’Amélia ne m’a pas toujours accrochée, même si elle est fluide et se lit facilement. Certaines descriptions sont froides, vides d’émotions, qui justement accrochent le lecteur. J’ai plutôt apprécié ces phrases qui font ressentir de l’effroi.

Au dessus de son corps désarticulé, elle attendait.

Certaines phrases m’ont particulièrement plu pour leur rythme, comme celle-ci :

Elle courait à en perdre la tête, elle adorait ça, perdre la tête.

J’ai moins aimé les adresses au lecteur, des questions, qui donne un effet journaliste peu plaisant à mon goût et trop factuel.

Qui aurait cru qu’elle mourrait à l’âge de seize ans ?

Quelques jeux de mots et humour qui font sourire malgré l’ambiance sombre générale.

Elle n’en revenait pas, elle était un fantôme !

Entre horreur et humour

Certains passages m’ont clairement fait rire ! Et justement, le mélange d’horreur et d’humour est assez inattendu ici et en vue des thèmes abordés. Cela m’a laissé assez perplexe. La violence semble banalisée, normale. Est-ce pour dénoncer ces actes justement ? Pareil, ce récit propose une vision de la femme rabaissante et clichée, tellement qu’on comprend bien que c’est une manière pour l’auteure de dénoncer cette vision humiliante. Enfin, du moins je l’espère !

Cela dit, c’est une nouvelle qui ose et qui fait réfléchir sur des thèmes trop peu abordés dans la littérature.

Une nouvelle détachée de ma réalité

Mais dans l’ensemble, j’ai trouvé cette nouvelle très détachée de la réalité que je connais. Je n’ai pas réussi à me mettre à la place d’un personnage, qui sont tous à mille lieues de mes fréquentations (et heureusement !). Par contre, il est clair que Amélia propose ici une nouvelle expérimentale. Elle ose quelque chose de nouveau. Bravo pour ça.

En tout cas, cette nouvelle ne m’a pas laissée indifférente ! Elle marque !

Catégories

Étiquettes

Marie Tinet Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *